samedi 24 janvier 2009

Paradoxe (suite)


Qu'est-ce que la vie ?

Tout le monde s'agite beaucoup, va, vient, s'affaire, et cela dans tous les domaines. Mais la question qui demeure est de savoir si c'est bien cela la vie. Si c'est bien cela qui nous était demandé au départ, ce qui nous était demandé ou que nous étions amenés à faire dans notre condition d'hommes...

Toute cette agitation me semble nous conduire droit dans le mur, si j'en crois ce que je peux observer autour de moi et comprendre à travers le monceau d' informations qui est à notre disposition.

On veut exister par nos actions, par ce qu'on laissera derrière nous après notre mort. On se croit indispensable dans telle ou telle partie qui est la notre, dans telle entreprise, voire dans telle situation sociale ou politique. Mais à quoi ça rime ?

Toutes nos singeries d'êtres humains (ou humanoïdes!) ne signifient pas grand-chose. Nos vies sont bien trop compliquées, bien trop remplies d'un tas de gadgets qui ne sont absolument pas utiles, bien trop occupées à toutes sortes d'activités futiles qui ne sont pas nécessaires.

Serons-nous plus riches de toutes ces technologies qui nous encombrent?

Nous sommes en quelque sorte prisonniers du système qui nous enferme dans une spirale infernale nous obligeant à agir comme il se doit. Pas moyen de s'extraire sinon au prix de sacrifices que beaucoup d'entre nous se refusent à envisager.

Nous sommes "obligés" d'obéir à la règle qui prévaut pour tous : consommer. Et tout nous y pousse, depuis le plus jeune âge des populations jusqu'à la vieillesse, et dans toutes les couches de la société.

Alors que le vrai bonheur ne s'achète pas, ne se trouve pas dans l'agitation frénétique engendrée par l'orientation de la société actuelle, ni dans la lobotomisation systématique orchestrée savamment par les dirigeants de notre monde (dirigeants aussi bien politiques qu'économiques).


Qu'on me rende le silence, la solitude, la paix, la contemplation, le "rien faire" pour le plaisir de regarder, de savourer. Savourer tout simplement! Le jour qui pointe, la pluie noyant doucement le paysage derrière son fin rideau de gouttelettes, le feu qui crépite dans la cheminée, l'odeur suave du pain sortant du four... Tous ces petits bonheurs décrits tant de fois par certains écrivains et qui font toute la richesse de la vie.

7 commentaires:

mystère a dit…

Oui, savourer tout simplement. Ces fameux "petits" bonheurs s'ils sont si essentiels c'est parce que si nous les additionnons le résultat c'est une vie.

Bee a dit…

Combien tu as raison! Et une vie sereine et bien remplie!

Lung Ta a dit…

J e suis plutôt en harmonie avec ton questionnement sur le rythme de vie et le bonheur que cela est censé apporter et la réalité bien plus triste.

Mais tu poses aussi une autre question intéressante dès le début.

Tu pars d'une hypothèse, une croyance (qd je dis croyance ce n'est pas un jugement, c'est juste que c'est qq chose qui est exprimé et qui repose sur une intuition ou acceptation personnelle sans démonstration de sa réalité) :

"qu'il est nous est demanadé qq chose à priori dans la vie"

Cela implique qu'il y ait quelqu'un qui nous demande qq chose, donc qqn qui serait un peu au dessus de la vie

voir ensuite à qui il demande qq chose ?
à l'humain ?
donc nous aurions un rôle dans la vie, nous mettant un peu au dessus de celle ci

Mais c'est ce point de vue qui me semble un peu paradoxal avec ce que tu énonces après sur la satisfaction de la "vie simple", qui serait plus je suppose être dans la vie, et non "à une place particulière avec un rôle déterminé"


Pour ce qui est d'allé dans le mur, c'est fort probable, mais il parait qu'il nous reste encore un choix : y aller les yeux fermés ou les yeux ouverts ! ;-)


Sortir du système, en effet c'est compliqué, est ce possible ? (à l'heure de la globalisation, nous sommes dans le système Terre et il me semble difficile d'en sortir) est ce souhaitable ?

Qu'est ce qui pose pb notre place dans le système ou le fonctionnement du système ?
Si c'est notre place, je pense que nous avons la liberté et même la responsabilité de la changer, pas simple mais faisable
si c'est le fonctionnement du système en sortant du système on ne l'empêchera pas d'aller dans le mur et cf plus haut


Quant au silence, j'ai connu des personnes malheureuses dans le silence et des gens heureux malgré le bruit, j'ai fait l'hypothèse que cela pouvait être lié plutôt aux bruits parasites ou au silence "dans leur coeur"


Et enfin pour terminer je suis bien en harmonie avec toi pour savourer la vie dans l'instant présent dans la nature, mais la nature c'est aussi les inondations, les tempêtes, les sécheresses, les tremblements de terre... ;-)

chaleureusement et merci de tes commentaires sur mon blog

Lung Ta a dit…

je viens de lire sur le blog d'Anne Marie, une phrase de Vigne qui correspond bien à ce dont je voulais parler dans mon commentaire, je partage :

http://justattitude.canalblog.com/archives/2009/02/02/12330851.html#comments

Bee a dit…

à Lung Ta
Voilà une magistrale réflexion dont je te remercie. Et de quoi se nourrir. Je vais y revenir, cela en vaut la peine

A.M. Bruffin a dit…

Très heureuse de te découvrir sur le net .
Je mets également en lien .
Le bonheur est à portée de main ,si je veux bien .

Il est en moi malgré tous les malgré .
Le plus difficile est de dire "oui " à tout ce qui nous arrive !!!!
Encore beaucoup de chemin à parcourir ...
Douce journée à toi

Jack Maudelaire a dit…

---> Bonjour chère Catherine,

Tout alentour de la vie frissonne la mort qui dans l'ombre nous interpelle sur la manière de garder le jardin terrestre dans la joie et la lumière. Devant elle, prie en silence les âmes pour que la nature chatoie de sa beauté naturelle afin que les rêves des morts se réalisent et octroient aux enfants le droit à l'espoir de vivre dans un monde meilleur.

Bien à toi et douce journée, Jack.